Caution bancaire ou hypothèque pour garantir son crédit immo ?

Pour faire face au risque d’insolvabilité, une banque exige souvent une garantie avant d’accorder un prêt. Il peut s’agir soit d’une hypothèque ou d’une caution. Ce sont deux choses bien différentes qui n’ont pas les mêmes effets. Voici des informations détaillées concernant ces deux types de garanties financières.

Un point sur la caution bancaire

Il s’agit d’une garantie apportée par les mutuelles professionnelles, les banques ou bien les établissements d’assurance. Les conditions imposées dépendent de beaucoup de choses, notamment la somme empruntée, le montant des mensualités ou encore l’âge de l’emprunteur. En contrepartie de la garantie, l’emprunteur doit verser une certaine somme d’argent à la société caution. A la fin du prêt, cette dernière lui restitue les fonds versés. Notons que l’établissement caution est tenu de payer à la place de l’emprunteur au bout de deux à quatre échéances non payées. La société demande ensuite à ce dernier de la rembourser. Elle doit chercher une solution amiable mais si ce n’est pas possible, elle a le droit d’exiger une inscription d’hypothèque judiciaire et les frais sont dans ce cas à la charge de l’emprunteur. Il peut aussi procéder à la saisie et à la vente du bien hypothéqué dans le cas où ce dernier serait incapable de rembourser ses dettes. Un personne physique peut également se porter caution solidaire afin de garantir le prêt d’une personne. Dans ce cas, la caution solidaire s’engage à rembourser les mensualités à la place de l’emprunteur en cas de défaillance de celui-ci.

Des détails sur l’hypothèque

L’hypothèque est la garantie la plus utilisée. C’est d’ailleurs la plus pratique car elle concerne uniquement l’emprunteur. En fait, ce dernier procède à l’inscription hypothécaire de son bien immobilier afin de rassurer l’organisme prêteur quant à sa solvabilité. L’intervention d’un notaire est indispensable lors de la réalisation de la démarche. En outre, l’opération fera l’objet d’une publication au service de publicité foncière. L’hypothèque du bien reste en vigueur tout au long de la période de remboursement. Il est même possible que son inscription au service de publicité foncière dure un an après la fin du prêt. Elle ne doit pas en revanche dépasser 50 ans. Notons que l’hypothèque est annulée automatiquement après le paiement de la dernière mensualité. L’emprunteur peut ainsi utiliser son bien comme bon lui semble. Dans le cas où il souhaite le vendre avant la fin du prêt, il doit obtenir ce que l’on appelle une main levée. Dans le cas où l’emprunteur n’a pas réussi à rembourser ses dettes, le prêteur peut saisir le bien hypothéqué et le mettre en vente.